Le massif des Écrins regorge de cimes sauvages et admirables sur les départements des Hautes-Alpes et de l’Isère. 

Cheule Photographe de Montagne - Panorama écrins lever de soleil

C’est le deuxième massif français le plus haut en altitude derrière le massif du Mont Blanc. Son vaste terrain de jeux permet aux alpinistes de se rapprocher d’un climat méditerranéen sans pour autant trop côtoyer la foule.

L’idée de gravir ses sommets date de plus de deux siècles, quand, à l’époque, les ascensions représentaient des premières ambitieuses avec le matériel de l’époque, et à vue…
Aujourd’hui, avec le développement du matériel, la surfréquentation sur certains itinéraires et le réchauffement climatique, c’est un tout autre voyage !

Le parc national des Écrins a pour missions principales la préservation des espèces et des milieux, la connaissance et la transmission des savoirs et une bonne accessibilité du massif au public.

Durant ces dernières années, j’ai eu la chance de pouvoir prospecter une bonne partie de l’Est et du cœur du massif. Cette prospection fera d’ailleurs l’objet d’une exposition à l’été 2021.

  • Le micro-massif de la Meije est la porte d’entrée des Alpes du Sud, entre le bassin hydrographique de l’Isère et celui de la Durance.
© Cheule Photography photographe de montagne - Micro-massif de la Meije

Dans l’histoire de l’alpinisme, La Meije occupe une place particulière : ce fut le dernier sommet majeur des Alpes à être gravi en 1877.
La Meije est composée de trois principaux sommets : le point culminant, le Grand pic de la Meije à 3 983 mètres, le Doigt de Dieu et la Meije orientale (3 891 mètres), gros épaulement neigeux. 

© Cheule Photography photographe de montagne - Doigt de Dieu
© Cheule Photography photographe de montagne - Meije Orientale
  • Les courses d’arêtes rocheuses autour du bassin du Glacier Blanc offrent de belles sections d’escalade à plus de 3 000 mètres d’altitude avec vue sur les géants des Écrins.
© Cheule Photography photographe de montagne - course d'arête écrins
© Cheule Photography photographe de montagne - Arête des cinéastes

Le bassin du Glacier Blanc est également un très bel environnement pour s’initier à la pratique de l’alpinisme avec de nombreux itinéraires de randonnée glaciaire.

© Cheule Photography photographe de montagne - randonnée glaciaire écrins
  • Le refuge Adèle Planchard (3 169m) est niché sur un site de haute-montagne reculé entre le cirque sauvage de la Plate des Agneaux et les sommets mythiques de la Grande Ruine et Roche Méane. De nombreuses voies d’alpinisme en terrain d’aventure y sont rapidement accessibles et peu fréquentées, au plus grand bonheur des photographes de montagne !
© Cheule Photography photographe de montagne - Ascension de la Grande Ruine
© Cheule Photography photographe de montagne - Ascension de la Grande Ruine
© Cheule Photography photographe de montagne - Tour Choisy
© Cheule Photography photographe de montagne - Arête Sud Grande Ruine
  • Plus à l’Ouest, dans le cirque du Soreiller, on trouve de belles voies d’escalade « sportives » sur un granite exceptionnel et réputé dans toutes les Alpes: Aiguille de la Dibona, Aiguille Orientale du Soreiller
© Cheule Photography photographe de montagne - Escalade Aiguille Orientale du Soreiller
© Cheule Photography photographe de montagne - Escalade cirque du Soreiller

En attendant mon exposition sur l’Est et le coeur des écrins, vous trouverez d’avantage de photos d’alpinisme et des écrins dans mon portfolio.